Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Baptême en ULM

    Il y a 3 ans, mon amie Chris me proposait d'accompagner son époux pour un mémorable saut en parachute.

    Lorsqu'elle me propose, il y a quelques semaines, de "m'envoyer en l'air" une nouvelle fois avec son mari, c'est sans hésiter que j'ai accepté ! Un vol en ULM. J'en rêvais depuis toute petite.

    Nous partons donc ce matin pour l'aéroport, David, François (le troisième larron de l'aventure) et moi, tout guillerets. Chris doit nous rejoindre un peu plus tard avec mon neveu. Je suis contente, sereine à l'idée de voler une nouvelle fois. J'ai un tel souvenir de ce saut au-dessus des nuages !!!

    C'est en voyant arriver l'appareil que je commence à paniquer. Galants, les garçons m'ont proposé de passer la première et j'ai accepté. Mais là, d'un coup, je n'ai plus envie du tout de monter là-dedans. Bien qu'il s'agisse d'un guépard, c'est-à-dire un appareil fermé (contrairement aux appareils pendulaires en toile et ouverts), il est tout petit et si léger que les rafales de vent le font trembler de toutes pièces. Bon, je n'ai plus qu'à monter vite dedans avant que la panique finisse de s'emparer de moi. Après tout j'ai payé d'avance, et l'argent a été débité.

    Le moniteur est très sympa; Il me sangle de toutes parts et m'explique que l'appareil est muni d'un parachute. Mot magique, le parachute je connais et j'ai confiance ! Il me prévient également que les conditions de vol sont difficiles car le vent provoque de nombreuses turbulences qui secouent l'appareil de manière parfois impressionnante. Je me concentre très fort sur le parachute ... 

    Je me coiffe du casque, et là c'est le début de la magie. Il y a un monde fou là-dedans ! J'entends toutes les indications que la tour de controle envoie à tous les appareils en vol. A nous de trier là-dedans ce qui nous concerne. Je pense aussi que ce doit être ça, être schizofrène, et que ce n'est pas évident à gérer.

    "Québec Papa, c'est nous et la tour vient de nous autoriser à nous avancer en bout de piste." C'est à moi que cette voix s'adresse ?!!! Je tourne la tête pour remarquer que le moniteur me regarde. Compris, cette voix c'est la sienne. Il va falloir que je la repère parmi toutes les autres qui peuplent mes écouteurs.

    Pendant ce temps nous avons rejoint le bout de piste et attendons le signal du départ. "C'est parti !" lance alors mon moniteur. Il met les gaz, oh cette poussée ! Nous décollons, à ma grande surprise, en moins de 100 mètres. L'effet est aussi désagréable que dans un ascenseur ultra rapide. J'ai mal au coeur.

    Mais très vite le paysage me fait oublier ce petit désagrément. C'est magnifique, merveilleux, époustouflant ... je retrouve la magie du saut en parachute. J'ai des étoiles plein les yeux et voudrais ne plus redescendre.

    Le moniteur s'amuse à prendre des virages un peu serrés, et j'aperçois l'horizon à travers le toit panoramique. Pfiou ! l'adrénaline est au rendez-vous. Cependant les turbulences secouent l'appareil de façon fort impressionnante. Comme mon casque fonctionne mal, le moniteur essaye d'en rectifier les branchements. je vois l'ULM piquer du nez et le moniteur se battre avec le manche pour rétablir l'assiette. Il ne dit rien mais ne tentera plus de réparation pendant ce vol.

    "Québec Papa en attente au point Novembre". Traduction : "Nous attendons l'autorisation d'atterrir au-dessus du relais EDF". Nous l'attendrons longtemps cette autorisation : 15 minutes à cause du trafic dense en ce dimanche ensoleillé. pour moi c'est tout bonus.

    Enfin la tour nous autorise à rentrer. L'atterrissage est le moment que je redoute le plus, c'est le plus dangereux finalement. Tant qu'on est loin du sol on ne risque rien mais si on touche terre un peu trop brutalement ... aïe aîe aïe ! 

    J'ai de la chance : la piste est allumée. C'est rare en plein jour.

    Nous voici sur le plancher des vaches. Nous roulons jusqu'à l'aérodrome, et en voyant mon air béat David a encore plus hâte de monter à son tour. C'était vachement bien.

    La prochaine fois je tente le parapente ! 

    Lien permanent Catégories : Loisirs
  • Quatuor Tercea

    Le quatuor Tercea se forme en novembre 2004 au Conservatoirre National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon où il est soutenu par Zoltan Toth et Reiko Kitahama. Depuis octobre 2006, les quatre jeunes musiciennes se perfectionnent auprs du quatuor Artémis à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth à Bruxelles et s'enrichissent ainsi de l'expérience des plus grands.

    Unies par la même passion, toutes quatre se prêtent à de multiples expériences musicales. En juillet 2005, le quatuor joue en direct sur france Musique (émission de JP Derrien) lors du destival "Cordes en ballades" et renuovelle l'xpérience en participant à l'émission de Gaëlle Le Gallic "Dans la cour des grands" en mars 2007. Elles se produisent régulièrement en concert à Lyon ainsi qu'en région Rhône-Alpes et sont également invitées à de nombreux festivals comme les Châteaux hantants en Tarn et Garonn, les Chants de la Dore en Auvrgne, Musique au coeur des Musées en Isère, Printemps des Sens dans le Gard ainsi qu'à une tournée de concerts dans le Gers, organisée par l'Adda 32.

    Séduites par la musique tchèque, elles bénéficient des conseils de Bohumil Smejkal (Quatuor Janacek) et sont lauréates du Concours International de Quatuor à Cordes Léos Janacek de Brno où elles obtiennent le prix de la meilleure interprétation d'une oeuvre de Dvorak.

    Voilà pour la biographie. 

    J'ajouterais que le quatuor est constitué de 4 jeunes femmes : Claire Bucelle et Anne Camillon aux violons, Céline Tison à l'alto et Claire-Lise Démettre au violoncelle.

    J'ai eu l'immense plaisir de les écouter lors du festival Nouveaux talents de Villers-sur-mer, et suis restée bouche bée devant leur talent. Elles vous emportent sur leur musique d'une manière absolument exceptionnelle.

    Et puis ce qui ne gâche rien, elles sont très jolies !

    Je mettrai un lien dès que le montage de leur site sera terminé.

     

    Ah oui, au fait, Céline c'est ma cousine et je n'en suis pas peu fière ... 

    Lien permanent Catégories : Musique