Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Paaaaaaartiiiir uuuun jouuuuuurrrr

    Voilà des années que je crève d'envie de retourner skier. Il faut dire qu'aussi loin que je me souvienne, il y a toujours eu les vacances au ski.

    Je me revois à 2-3 ans, debout sur les skis de mon parrain qui m'emmenait en ballade avec lui à ski de fond.

    Puis, les patinettes au pied, apprenant les rudiments de la glisse au jardin des neiges.

    Et quelques années plus tard, les colos tous les ans en février. Les 15 jours de ski, quel bonheur !

     

    Dès que j'ai pu remarcher j'ai eu envie d'y retourner et c'est l'année des JO d'Albertville que ça a été possible, sur un site olympique en plus ! J'ai donc pu concilier plaisirs du ski et ambiance olympique, assister à un match de hockey, à une épreuve de patinage artistique avec les stars de l'époque : Isabelle et Paul Duchesnay.

    Mais je reviens au ski, au début j'avais peur de ne plus savoir. Heureusement le ski c'est comme le vélo, ça ne se perd pas et ma cousine qui m'accompagnait a été ravie de pouvoir m'emmener directement sur la piste rouge dès le premier jour.

     

    Le ski, c'est cher quand on vit loin de la montagne. Ces dernières années, mon budget d'étudiante ne m'a pas permis d'y retourner. Après cela, mon salaire et mes histoires sentimentales ne me permettaient pas non plus de partir. Satanés compromis, c'est avec le recul qu'on réalise qu'ils ne vont souvent que dans un sens !

     

    Bref, cette année JE PARS ! Na, c'est décidé je fais mon égoïste et je me paye un stage de ski rien que pour moi. Et je me sens super bien, super heureuse de partir. Je me sens ... et bien je me sens moi, tout simplement. Moi la fille pleine de projets et qui aime toucher à tout, qui aime bouger et rencontrer du monde. Qui aime la nature, les espaces, éprouver ses muscles et sentir son corps réagir à ses injonctions. Qui aime partir sur un coup de tête. Qui n'a pas peur de partir seule.

     

    Je n'ai toujours pas reçu mon dossier par courrier, j'ai un peu peur d'être déçue. Qu'on me dise que mon inscription n'a pas été prise en compte. J'ai tellement envie et besoin de ce petit séjour. A croire que je joue ma vie :-) Mais non, en fait c'est juste la joie de me retrouver. Je m'étais perdue depuis si longtemps ...

    Lien permanent Catégories : Sport
  • Les poupées russes

    "Je pense que le spectacle de ça aurait pu me suffire pour une vie entière. Mais est-ce que c'est possible de vivre comme ça ? Je sentis qu'il fallait faire ce que tout le monde me demandait . Que 'arrête de rêver. Que je revienne dans la vraie vie"

     

    Les poupées russes, c'est la suite de L'auberge espagnole.

    Si j'avais aimé le premier volet de l'histoire, cette suite m'avait touchée en profondeur lors de sa sortie en salle ... sans doute parce qu'elle me parle de manière directe. Des trentenaires célibataires qui n'arrivent pas à se fixer et ont perdu toute illusion sur l'amour. Un auteur plein de doutes sur lui-même et sur les autres. Des couples qui, des années après leur séparation, demeurent liés de manière indéfectible ...

     

    Deux répliques qui m'ont plu :

    "Des gens comme tout le monde, il y en a très peu dans la vraie vie"

    "Les conneries du quotidien, ça peut aussi nourrir l'amour"

     

    Et enfin la conclusion aussi pleine d'espoir que de désillusion :

    "J'ai repensé à toutes les filles que j'avais connues, avec qui j'avais couché ou même que j'avais seulement désirées. Je me suis dit qu'elles étaient comme des poupées russes. On passe sa vie entière à jouer à ce jeu-là. On est curieux de savoir qui sera la dernière, la toute petite qui était cachée depuis le début dans toutes les autres. On ne peut pas l'attrapper directement. On est obligé de suivre un cheminement. Faut les ouvrir, l'une après l'autre, en se demandant à chaque fois : Est-ce que c'est elle, la dernière ?" 

    Lien permanent Catégories : Culture