Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Hypocoristiques



    Mon ange, ma puce, mon amour, mon poussin, ma belle, mon chéri, mon coeur ...

    Autant de petites caresses au coeur. C'est tout doux, tout chaud, ça fait plaisir.

    Une petite distance prise avec la personne que l'on nomme ainsi, qui paradoxalement permet le rapprochement. En changeant son nom pour un hypocoristique c'est plus facile.

    Si vous avez pris l'habitude de dire "Bonne nuit mon chéri", essayez donc pour une fois de dire "Bonne nuit Arthur". Facile ? Moi j'ai du mal. Observez aussi la réaction d'Arthur. Troublé ? Emu ? Ou ça ne lui fait ni chaud ni froid ?

    Et ça fonctionne avec tous les proches, pas uniquement au sein du couple. Quand mes parents m'appellent par mon prénom je me sens exister d'un coup très fort, faudrait pas que ça arrive trop souvent sans quoi ça perdrait sa force.

    Daniel Pennac résume beaucoup mieux que moi le sentiment dont je parle. Son héros voit son prénom régulièrement abrégé en Ben, ce qui revient à un hypocoristique :

    "- Vas-y mollo avec les compresses, je me fais l'effet d'un artichaut au bain-marie
    - Elles sont à peine tièdes, Benjamin
    L'émotion est là quand ma petite soeur m'appelle Benjamin. C'est comme si elle étirait le prénom pour endiguer un trop-plein d'affection."

    Lien permanent Catégories : Humeurs
  • Stickers mania

    Après avoir repeint ma pièce principale, je voulais éviter de faire de nouveaux trous dans le mur aussi ai-je finalement cédé à la mode du sticker.

    Il m'a fallu quelques mois pour enfin tomber sur le motif qui me plaisait, s'accordait avec mon environnement et ne coûtait pas un prix exhorbitant.

    Me voici donc toute contente, prête à poser mes stickers.

    "Repositionnables", qu'ils disent sur l'emballage. Chouette.

    Je pose donc, en collant juste un point parce que je me méfie du "repositionnable", et me recule pour juger de l'effet.

    Pas mal, mais il faudrait déplacer un peu l'ensemble.

    "Repositionnables", qu'ils disaient.

    Durant mes quelques secondes de recul, le point de collage s'est étalé et une bonne partie du sticker adhère au mur. Et ça colle dur.

    Voilà l'arrière qui se déchire, ma belle peinture est pleine de papier collé maintenant. Et mes beaux stickers sont tout gondolés.

    Qu'à cela ne tienne, je les repositionne tant bien que mal et cette fois je colle. C'est pas tout-à-fait droit mais tant pis je ne peux plus rien changer.

    Les coins ne tiennent plus, forcément le dos est parti.

    Et puis je suis bonne pour un bon lessivage si je veux enlever les résidus de papier collé.

    Je tente quand même la touche finale : la superbe rosace qui m'avait tapé dans l'oeil ... peine perdue, elle finira à la poubelle après s'être enroulée autour de mon bras et m'avoir fait une chouette épilation !

    Dès que je trouve un tableau qui me plaît je vire ces stickers et je perce le mur.

    De toutes façons j'aime pas les modes.

  • Le palpitant qui doute

    "Et pourquoi on m'aimerait? Pourquoi moi plutôt qu'un autre? Tu peux répondre à ça, Thérèse? Chaque fois, c'est un miracle quand je constate que c'est moi! Tu préfères les palpitants musclés, Thérèse? Les grosses pompes à certitudes?"

    Daniel Pennac - La Fée Carabine

     

    Je ne vais pas faire un exposé sur Pennac, que j'adore et relis très régulièrement.

    Mais voilà quelques temps déjà que je voulais parler de mes amis. Pas de mes potes de sorties, mais des amis. Ceux qui se comptent sur une seule main. Ceux qui sont là, toujours, ceux qui savent qu'ils peuvent vous appeler au milieu de la nuit en étant certains que vous irez les chercher à l'autre bout du monde dans l'instant s'ils sont en détresse.

    Qui sont capables de vous cueillir et vous faire verser une larme en laissant quelques mots sur votre blog.

    Qui vont se taper 1h de métro pour vous voir 30 minutes, parce que pour une fois vous passez pas trop loin de chez eux, et refaire le trajet à l'envers.

    Qui sont capables de vous surprendre en vous offrant l'intégrale de Blake et Mortimer pour votre anniversaire alors que vous ne l'auriez jamais imaginé. Pas imaginé avoir de cadeau. Pas imaginé être tellement touchée par le choix de celui-ci. Par le geste d'aller chaque semaine chercher la nouvelle parution, juste pour me faire plaisir.

    "Mais si toi-même te déclares prête à aller les chercher à l'autre bout du monde, tes amis, pourquoi es-tu aussi surprise ?"

    Voir citation de Pennac.

     

    Et qui ne feront aucun commentaire, de près ou de loin ;)

     

    L'article initialement prévu n'avait rien à voir avec celui-ci, mais il sera pour une autre fois.

    Là j'ai juste envie de dire ... ben rien, y'a rien à dire de plus ;)

    Lien permanent Catégories : Humeurs
  • On va sortir !

    Prenez une personne X qui habite, disons à Cherbourg.

    Cette personne a envie de se faire une toile et d'aller boire un verre ensuite mais comme ses amis sont tous mariés aucun d'entre eux n'est en mesure de se libérer pour l'accompagner.

    Si cette personne a eu la bonne idée de s'inscrire sur On va sortir !, la solution est simple : elle "lance une sortie". Autrement dit, elle crée un message disant : "Je vais voir Vicky Christina Barcelona à l'Odéon à 21h, et après ça j'ai envie d'aller boire un verre. Si ça vous branche, retrouvez-moi dans le hall à 20h45 !"

    Arrive une personne Y, qui vient d'emménager à Cherbourg et n'y connaît personne. Y s'est inscrit sur On va sortir ! et il est tout content de rejoindre X pour aller au ciné et boire un verre. Il s'inscrit donc à la sortie en laissant un commentaire gentil.

    D'autres membres du site qui n'ont rien à faire ce soir et/ou qui ont envie eux aussi d'aller trainer leurs guêtres en ville vont les rejoindre, et voilà un petit groupe de personnes qui vont faire connaissance, bavarder un brin et passer une chouette soirée.

     

    Le principe est donc très simple : j'ai envie de sortir, je ne connais personne, je rencontre des gens sympa qui ont envie de sortir eux aussi sans se prendre la tête et très loin de toute idée meeticquesque.

    Oui, parce que ce n'est pas un site de rencontre matrimoniale.

    Pour ma part, j'ai participé à plusieurs sorties "roller pour les nuls" - à 5-6 participants, une randonnée en Brocéliande (40 personnes), des soirées chez les uns ou les autres car des cercles amicaux commencent à se former, des sorties "boire un verre" et je n'ai jamais été déçue. Les gens qui viennent là sont sympathiques, on accroche plus ou moins mais on ne se prend pas la tête. Au fil du temps les assidus apprennent à se connaitre et des amitiés commencent à se profiler.

    Chacun est libre de lancer des sorties et d'y participer ou non. Et il y en a pour tous les gouts : sports, arts, bouffe, culture, création ... puisque ce sont les participants eux-mêmes qui proposent, forcément c'est très ouvert.

     

    Le slogan du site : "Revenez à la vie réelle"

    C'est cette philosophie qui m'a attirée. Carton plein, le site tient ses promesses. Le virtuel n'est qu'un passage très bref, il ne sert qu'à convenir du rendez-vous. On est en plein dans la vie réelle, et Dieu que c'est bon !

  • Vicky Christina Barcelona - version 2

    Vicky sait ce qu'elle veut, et elle sait ce qu'elle ne veut pas.

    Vicky ne veut surtout pas de la vie de Christina

    Vicky tient à sa petite vie bien réglée, avec un fiancé sans surprise à l'avenir prometteur, à ses sentiments tranquilles et sans passion, à sa conformité aux normes établies.

    Vicky est sûre d'elle, sûre de ses choix. Vicky est sûre que le couple qui l'accueille à Barcelone est pleinement heureux et épanoui. Vicky n'imagine pas voir ses certitudes mises à mal par une rencontre éphémère.

    Lorsqu'à Barcelone, un peintre annonce aux deux jeunes femmes qu'il les désire toutes les deux et leur propose de passer un weekend avec lui, leurs certitudes vont vaciller. D'autant qu'il est réputé pour son histoire sulfureuse, passionnée, brutale, avec son ex-femme dont il semble toujours amoureux. Vont-elles le suivre ?

     

    Vicky est le genre de personne à qui je ne voudrais ressembler pour rien au monde ...

    Lien permanent Catégories : Film