Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Soeur Sourire

     



    Un film de Stijn Coninx avec Cécile De France.

     

    Qui n'a jamais entendu parler de Soeur Sourire ? Jeannine Deckers, alias Soeur Sourire, est devenu un mythe international, avec ses 2 millions d'albums vendus en 1963 et cette chanson, Dominique, qui a plané au-dessus des Beatles ou d'Elvis dans les hit-parades du monde entier. Mais, au-delà de cette chanson, qui était réellement Soeur Sourire ? Le film est le récit bouleversant d'une femme touchante, pleine de doutes et d'enthousiasme, mais subissant de lourdes déconvenues et de regrettables oppositions, en quête de l'amour. (www.mooveOn.net)

    Je me souviens de l'annonce du suicide de Soeur Sourire et de sa compagne. C'était en 1985, j'avais 9 ans et j'étais en voiture lorsque l'info a été diffusée sur l'auto-radio.

    Je m'en souviens parce que je chantais Dominique depuis toute petite, et parce que le destin de Soeur Sourire - que je ne connaissais pourtant que de manière très succincte - me fascinait sans que je sache dire pourquoi. Avec le recul, je crois que j'avais confusément senti quels bouleversements une si grande notoriété pouvait entrainer dans le coeur d'une religieuse.

    Par ailleurs, j'aime énormément le jeu de Cécile de France. Alors je me devais de foncer au cinéma pour voir ce film, et je n'ai pas été déçue. Une fois de plus Cécile de France est éblouissante. Elle possède l'art de s'effacer derrière son personnage pour lui laisser la place, talent malheureusement assez rare au cinéma.

    Un film sobre, bouleversant. Jeannine Deckers était une écorchée vive, et même si sa biographie a été quelque peu adaptée pour les besoins du film, je pense que l'essentiel est là. Sa souffrance, son immense soif d'amour et de reconnaissance, son engagement, sa descente aux enfers en grande partie orchestrée par l'Eglise ...

    Le film met l'accès sur le drame de la carrière avortée de Jeannine, sans s'attarder sur sa descente aux enfers. Pas de côté glauque et voyeur donc.

    Rappelons juste que Jeannine Deckers a été rattrapée par le fisc alors que l'argent engendré par son disque était allé à son couvent et à sa maison de disque. Un scandale qui a contribué à la mener au suicide, même si je pense sincèrement que son mal-être était bien plus profond.

    Et qui me laisse consternée.

    Lien permanent Catégories : Film