Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Accro-branches et saut à l'élastique

    "Aventure Parc, ça te dit ?"

    "Bien sûr !"

    Et c'est parti.

    "Voulez-vous faire le saut à l'élastique ?"

    C'est sans même nous consulter que nous répondons en choeur : "Oui !"

    Un beau "oui", franc et convaincu. Et un sourire mi-espiègle, mi-complice.

    Beaucoup de plaisir et d'amusement dans les arbres. Mon intrépide Mel ira même au bout du parcours "noir", ce dont elle peut être fière car il est vraiment ardu. Pour ma part, c'est une série de petites victoires qui me feront énormément de bien.

    Enfin, voici l'heure de sauter à l'élastique.

    Nous prenons patiemment notre tour dans la file. En attendant, nous observons les sauteurs qui nous précèdent. Malheureusement, la première ne sautera pas. Au bout de 10 minutes d'hésitation au bout de la planche elle fera demi-tour. Ce n'est pas fait pour nous rassurer.

    Le plus difficile dans l'histoire est de grimper les 20 mètres de hauteur d'échelle. C'est interminable !

    Arrivées là-haut, petit briefing. Nous sommes relativement sereines, surtout Mel. Pour ma part je continue à douter de ma capacité à faire le pas. Pourtant, si j'ai du mal à lâcher la rambarde de peur de glisser avant l'heure, je n'aurai aucune hésitation au moment de me laiser tomber dans le vide.

    Et je dirai même plus : j'adore ça ! Comme il est grisant de se laisser aspirer par le vide ! Contrairement à ce que je pensais, j'ai sauté les yeux grands ouverts et profité pleinement du spectacle. Les rebonds sont doux. Tout cela est bien trop court.

    Je cours hors du filet pour assister au saut de Mel. Aucune hésitation, un sourire jusqu'aux oreilles, un superbe saut de l'ange ! Elle trouvera même le moyen de remporter son pari avec le moniteur en faisant la cloche "Ding dong !"

    Vivement qu'on recommence d'une plus grande hauteur, dans un plus beau cadre. Au viaduc de la Souleuvre sans doute.

    Prochain trip : le parapente, si on arrive à se rejoindre où et quand il le faut.

  • Concert Little Rock & Axell et Tea-time

    Hier soir, LE concert de Little Rock & Axell, au Delirium Café, en ouverture du Brussels Summer Festival.

    Je m'amuse à jouer la roadie d'Axell, un rôle qui je dois le dire me plaît énormément. Qui plus est, mon t-shirt arborant le logo du groupe remporte vraiment un franc succès.

    Là encore, plaisir de retrouver quelques connaissances bruxelloises. Décidément cette ville et ses habitants me plaisent de plus en plus.

    Une fois de plus Little Rock & Axell enflamment le Delirium Café. La présence scénique, le talent et le charme d'Axell ne font aucun doute. La virtuosité de Frédéric fait les briller les yeux de toute la salle. L'énergie de Fabien embarque tout le monde. Le stoïcisme d'Igor donne une impression de facilité à l'ensemble, quand il est si difficile de tenir une ligne de basse sans vaciller. Les claviers de Guy, sa culture rock achèvent de convaincre si besoin en était. Comme d'habitude, je suis transportée. Au premier rang juste à côté de moi, 2 rockeurs sortis d'une quelconque machine à remonter le temps sont complètement en transe. Les mouvements d'air apportés par leurs longs cheveux nous rafraîchissent, ça fait du bien.

    Je referai sans hésiter les 800 kilomètres pour les voir encore et encore.

    Retour à 4h, nous nous remettrons du concert en assistant au "tea-time". Se taper dans un parc au soleil pour écouter de la musique électronique avec des potes, quoi de mieux ?

  • C'est les ouacances

    Voilà, c'est le départ. La voiture est chargée depuis hier soir, et bien que j'aie encore la tête ensomeillée je dois prendre la route car 8 heures me séparent de ma destination et comme de bien entendu, on attaque dès ce soir avec un vernissage. Autrement dit pas question d'être en retard.

    Hélas, je pars sous la pluie et j'en aurai ainsi pour 600 bornes. Lorsque le soleil apparaît enfin, je suis déjà dans le Nord. Un petit sms de Mel m'annonçant le grand beau temps me redonne un peu de courage mais ça devient vraiment raide.

    Comme de bien entendu, j'arrive sur Bruxelles tellement vannée que sans faire attention aux indications du GPS je prends instinctivement l'ancienne route, celle que j'empruntais quand des travaux m'y obligeaient. Me voici donc embarquée dans les petites rues alors que je ne rêve que de me poser devant un grand verre d'eau !

    Ah, voici enfin la rue, et une place pas trop loin. Ouf !

    Mel m'accueille comme toujours avec son grand sourire, et j'ai enfin le plaisir de rencontrer Julien, si souvent croisé sur facebook.

    Après mon grand verre d'eau, pas le temps de me poser nous filons vers Bruxelles-les-bains pour le vernissage de l'expo d'une copine, Nathalie Pousseur. J'aime beaucoup ce qu'elle fait, quand j'aurai l'appartement de mes rêves je lui passerai sans doute commande.

    Bruxelles-les-bains, c'est un peu Paris-plage en mieux. Plus d'animations, de bars, de concerts ... c'est chouette.

    Après 2 mojito-champagne, la soirée ne fait que commencer car nous allons à présent au concert du groupe d'un copain, Mississauga. Une belle découverte, j'aime vraiment ce qu'ils font. Un groupe de plus à suivre dans mon petit agenda perso.

    Nous rentrerons tard ... ou pas ? à vrai dire je ne sais plus trop. Je sais qu'il n'est pas très tard, mais j'ai perdu le compte des bières offertes de droite et de gauche. Je n'arrive pas à suivre la descente belge. Mais je me couche avec du soleil plein la tête, comblée de belles rencontres et heureuse d'avoir retrouvé mon amie.

    Lien permanent Catégories : Blog