Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Pourquoi les régimes minute font grossir

    Souffrant de fréquentes gastrites, la douleur me contraint régulièrement à des périodes de diète involontaire. Irrité, mon estomac ne supporte plus le moindre aliment. Je ne peux alors plus rien avaler, mais je garde cependant la sensation de faim. Par ailleurs, mon organisme continue à réclamer du carburant pour tenir debout.

    Cherchant donc une solution pour m'alimenter sans me tordre ensuite dans tous les sens, j'ai pensé que la solution pourrait peut-être se trouver du côté des "régimes-minute", ces aliments plus ou moins liquides censés remplacer un repas, couper la faim et faire maigrir. Pour moi, l'objectif était simplement de me caler sans agresser mon estomac (d'où l'idée du truc liquide et visqueux), et d'ingérer suffisamment de sources énergétiques pour ne pas tomber dans les pommes en atttendant de pouvoir de nouveau m'alimenter normalement.

    Me voici donc plantée devant le rayon des aliments attrape-nigaudes. Première réflexion : "Bon sang, ça coûte encore plus cher que de s'alimenter sainement" (soit dit en passant, je trouve scandaleux qu'une alimentation saine ne soit pas financièrement à la portée de toutes les bourses : fruits, légumes, poissons frais coûtent les yeux de la tête).

    Après mûre réflexion, j'opte pour un "pack 3 jours", proposant 3 repas et 6 coupe-faim pour 8 euros.

    Me voici donc devant ma (petite) boîte, prête à savourer enfin un repas qui ne devrait pas me faire souffrir pendant 4 heures. J'ouvre le paquet, et en sors ... 2 gobelets. "Ah, mince alors, je me suis fait avoir, en fait il n'y a qu'un seul repas dans la boîte !" Je retourne la boîte, relis bien tous les écrits ... non non a priori il n'y a pas d'erreur, ce paquet doit contenir 3 repas. Après quelques secousses, en sortent 2 petites barres enveloppées de papier blanc, 6 cubes de la taille d'un carré de chocolat, et un papier. La notice !!!

    Alors ... voyons un peu cette notice ... OK. Les 2 gobelets de 30cl représentent chacun un repas, les 2 barres forment un repas également. Donc je ne me suis pas fait avoir, du moins pas dans le sens où je l'entendais. Les 6 petites crottes sont des "pauses coupe-faim" au chocolat.

    Premier repas, je vais attaquer par la soupe. Bien entendu, le réchauffage saccage le micro-onde. Odeur de pois cassés, ça ne me déplait pas (elle est censée être aux légumes verts et basilic en réalité). Je goûte, et frissonne de dégoût devant la texture visqueuse de la chose. Cependant, c'est pour cette texture que j'ai choisi le produit. D'ailleurs je dois avouer que côté gastrique ça semble aller pas mal. Pas de brûlure, pas de nausée, on dirait que ça passe. Niveau gustatif ... c'est pas terrible. Vraiment, pas terrible. Je comprends que les nanas qui font ce genre de régime reprennent le double de kilos après, quand on leur sert de nouveau une nourriture savoureuse ... elles doivent avoir envie de compenser !

    Pour finir, j'aurai du mal à terminer ma soupe malgré sa petite quantité, écoeurée par le goût et la texture. Et mon estomac commencera à protester au bout d'une heure. Je ne resterai pas calée jusqu'au soir, non plus.

    Mais qu'importe, je suis tenace et le lendemain midi, je tente le deuxième gobelet : la crème au chocolat. Cette fois je ne la finirai pas, ça ressemble à de la danette mais en pas bon du tout (à supposer qu'on aime la danette, pour ma part j'ai du mal). Je trouve une amertume qui n'est pas sans me rappeller le quinoa tant détesté, et alors la viscosité cette fois ne passe pas du tout. Sans oublier que cette version chocolat pèse lourdement sur mon estomac dès le départ.

    Dans l'après-midi, je tenterai le coupe-faim. Si le morceau fait 2 bouchées, une seule me suffira. Imaginez une épaisse pâte marron, avec un arrière-goût de cacao et surtout une sensation extrêmement sucrée. Coupe-faim, effectivement. Coupe toute envie tout court.

    Enfin, ce midi, j'ai essayé les barres chocolat-caramel. Heureusement que j'avais prévu le coup et emmené une banane, car j'ai déclaré forfait au bout de 2 bouchées. C'est si sucré que la gorge m'en pique. Pas bon. "On ne dit pas c'est pas bon, on dit je n'aime pas" OK. Alors, je n'aime pas. Vraiment.

    En conclusion : comment ne pas surcompenser après avoir consommé ce genre de produits pendant des jours ? J'ignore si ça aide réellement à perdre du poids (les aliments conseillés pour les repas du soir sont totalement incompatibles avec la gastrite, donc je n'ai pas pu tester cet aspect), mais ça aide certainement les gourmets à en reprendre ensuite !

    Et j'ai toujours cette brûlure qui m'épuise, malgré le traitement médical :(

  • Indisciplinées et Printemps de Bourges

    Lundi dernier, le festival lorientais Les Indisciplinées nous proposait de découvrir les musiciens sélectionnés pour la finale bretonne du Printemps de Bourges.

    Soirée  pleine de belles surprises, chacun des groupes étant très bon dans son style. Au programme : Diemaav (world blues), The Last Morning Soundtrack (pop-folk), The Summer of Maria False (rock), The Popopopops (rock), Micronologie (hip hop), Modul Club (electro).

    Cependant, LA découverte de la soirée restera pour Mel et moi la merveilleuse prestation du v'jay-marionettiste, Imag'in 1 son.

    Imag'in 1 son nous propose une animation en direct video, directement liée à la prestation des groupes en scène.

    Les animations, réalisées en théâtre d'objet, sont filmées et projetées en direct sur les écrans qui jalonnent la salle. Attention, on est loin du Guignol traditionnel. Equipé d'un caisson de basse, de membranes et de filtres video, Imag'in 1 son est capable de rivaliser avec les plus psychédéliques des animations video composées par ordinateur. Saviez-vous que des pailles sautant dans un gobelet transparent au rythme de la basse peuvent être vraiment magnifiques, pour peu qu'on les filme sous l'angle adéquat ? Qui plus est, Imag'in 1 son est capable d'incruster sur son fond rythmique un petit lézard se déhanchant sur un gros rap qui tache. Marionnette animée en direct, si je ne l'avais pas vu travailler je ne l'aurais pas cru.

    Bref, nous passerons, Mel et moi, la fin du concert à observer notre v'jay, avec des yeux de petites filles émerveillées.

    Lien permanent Catégories : Musique