Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Journée de l'Argentique

Je me souviens de l'appareil photo de mon père, quand j'étais petite. Noir, plein de boutons, lourd, fascinant.

Quand je partais en colo, j'étais très très fière que ma maman me prête son appareil, plus compact, un gros cube enveloppé d'une housse de cuir.

Les pellicules qu'il ne fallait pas exposer à la lumière avant de les avoir bien rembobinées, le bouton de réarmement entre les prises de vue, l'attente impatiente après avoir déposé la pellicule à développer chez le photographe ...

Bref, je n'ai pas pu résister à l'appel de Clik, club-photo de Quéven et sa Journée de l'argentique.

 

A peine arrivée, je suis attirée par une grosse boîte noire qui porte une affichette :"Etes-vous déjà entré à l'intérieur d'un appareil-photo ?" Alors que je tourne autour, intriguée, une jeune femme souriante s'approche pour me proposer d'entrer. Ni une, ni deux, me voici à l'intérieur de la boîte, accompagnée de 2 autres curieux ! Là, surprise, nous découvrons sur un écran l'image du bâtiment d'en face, la tête en bas. Le plus fascinant est de se dire que cette image inversée n'est provoquée par aucun artifice, aucune lentille, c'est juste la lumière qui entre par un minuscule trou et qui projette cette image comme sur la rétine de l'oeil. Je me remémore aussitôt les schémas de mes cours d'optique à la fac, pour faire accepter ça à mon cerveau...mais ça reste hyper troublant !

Toujours accompagnée de ma gentille guide, je me dirige ensuite vers l'atelier sténopé. Je vais prendre une photo à l'aide d'une simple boîte percée d'un trou ! Direction la chambre noire pour placer le papier photo au fond de la boîte, puis nous positionnons la boîte en cadrant "au jugé". Top chrono, c'est parti pour 6 minutes d'exposition. Retour au labo, c'est sous la lampe rouge et dans le parfum du révélateur que nous procèderons au tirage de mon magnifique cliché. Bon ... ça vaudrait le coup de retenter l'expérience avec quelques réglages, car le résultat de ce premier essai n'est pas très concluant mais il faut bien partager, alors je cède la place aux nouveaux arrivants.

Je vais ensuite découvrir le colllodion humide, une technique de photographie sur plaque de verre de 1850 au rendu magnifique. Le relief des portraits obtenus est juste hallucinant. Je suis complètement conquise et planifie déjà de me faire tirer le portrait l'an prochain ! Je passerai les détails technico-chimiques, mais on se croirait dans le labo d'un alchimiste, ce qui rend l'opération assez magique.

Je poursuivrai ma visite une belle exposition de clichés, une découverte d'appareil à plaque, avant d'expérimenter la prise de vue sur un appareil de haut vol. Mise au point manuelle, cadrage ... je ne découvrirai le résultat que dans quelques jours ... ou semaines !

Une superbe initiative que cette journée de l'argentique. J'ai hâte de revenir l'année prochaine pour retenter le sténopé et me faire tirer le portrait au collodion :)

Commentaires